Voyager et contempler la mer de nuages

… Prendre un crayon, un clavier, un carnet, une serviette en papier, ce qui nous tombe sous la main dans cet instant fiévreux où l’on dessine, de façon infime, de façon intime, ce qui nous traverse lorsque l’on part… Non pas lorsque l’on part, lorsque l’on va, d’un endroit à un autre. Lorsque notre âme s’enracine ou vole en éclat. Ou bien les deux. Et trouve les interlignes, les bifurcations de qui l’on est, fugaces, muables et changeants au grès des vents. Et se donne la liberté d’être bleue de la mer agitée un jour et rouge de la terre aride le lendemain.
… Prendre une plume, un minitel, un parchemin, une serviette de table, ce qui est à la mode ou à notre envie et raconter à toi, à moi, à nous, à vous, ces fulgurances qui nous transforment, ces infinités qui nous émeuvent, ces réalités qui nous dégoûtent, ces éminences qui nous transcendent, ces papillons qui nous transmutent.
… Prendre un stylo, une machine à écrire, un cahier, une serviette de bain, ce qui défile aussi vite que notre pensée et chanter en quelques mots, en plusieurs phrases, les mondes contenus dans un arbre, une personne, un océan ou une île… Ces lieux qui nous transpercent et qui ne sont nôtres que pour un éphémère instant parce qu’on y dépose notre sac au dos ou notre âme toute entière. L’espace d’une seconde. Le temps de toute une vie.

Ou au moins essayer…

Le Voyageur au-dessus de la mer de nuages, Caspar David Friedrich

Impromptue immobile #4

[06/01/2021] « Quand les nuages racontent des histoires »

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, je ferai court je crois…
Au départ, je dois l’avouer, je n’avais même pas prévu de vous écrire ! C’est l’heure des vœux, je sais bien, mais vraiment je ne savais pas quoi vous dire… Et puis, sur la blogosphère de voyage, j’ai vu tout le monde faire des bilans – parce qu’on va pas se mentir, cette année a sacrément redessiné les contours de nos voyages. A vrai dire, je pense que ça nous a redessinés tout court ! – et j’ai pensé que je pouvais tout de même faire acte de présence (parce que ça aussi, ça me fait sacrément défaut en ce moment !)…

Je vous vois déjà venir : si tu nous écris pour ne rien dire, ça ne sert vraiment à rien !
Soyez rassurés, je crois que j’ai des choses à vous partager. Un peu. Pour la beauté du geste. Pour l’amour de la poésie. Pour la pérennité de l’espoir. 
Parce qu’en fait, j’ai fait comme tout le monde ces derniers jours : des bilans pour 2020 et des vœux pour 2021. Et le résultat m’a, la première, surprise ! Parce que figurez-vous que 2020 – cette salope qui a privé la grande voyageuse que je suis devenue de toutes mes explorations lointaines – m’a finalement laissé un petit goût sucré de possibles dans la bouche… Qui l’eut cru !

Je pense que 2020 m’a fait un précieux cadeau, elle m’a obligée à faire cette chose que je ne faisais qu’à moitié depuis quelques années : me reconnecter à mes racines – dans tous les sens du terme ! – ; mieux, 2020 m’a permis de me réconcilier avec elles dans la pratique. J’avais déjà fait un premier désherbage et planté mes premières graines au Canada l’année dernière dernière (en 2019, quoi !), mais tout cela n’était que théorique loin de tous et de chez moi. Je me suis – ou plutôt : le confinement m’a – mis une bonne dose de réalité dans la philosophie pour la faire matérielle et véridique. Je vous parle en images et peut-être ne comprenez-vous pas toujours le vrai du faux, l’âne du coq, mais ce n’est pas grave ! Le plus important pour moi, c’est que vous entendiez cela : 2020 m’a appris deux choses qui me semblaient jusque là totalement étrangères, la résilience et la douceur. J’avais peut-être approché la résilience par le voyage mais elle passait malheureusement toujours par beaucoup de coups de pieds dans le cœur… Plus aujourd’hui, et j’espère sincèrement que pour vous non plus.

Ah ben oui, vraiment, vous pouvez dire que pour quelqu’un qui voulait faire court, je m’étale ! 

Ce que j’ai envie de vous dire en fait, c’est que, comme tous les ans finalement, 2020 m’a prise par surprise et m’a offert – nous a offerts – tout un lot d’expériences que je n’avais pas prévues. J’allais faire le tour de la Terre pour toujours mieux me fuir et me comprendre et j’ai fait le tour de ma tête pour toujours mieux fuir le Monde et l’entendreJ’allais en Pays Cathare comme en passagère et mes valises s’y attardentJ’allais à Rome comme en vacances et je suis revenue avec une image métamorphosée de la vie.

Alors oui, 2020 a malmené les fondations du monde, mais ce monde ne s’écroulait-il pas déjà avant ? Mais ce monde, était-il bien celui que nous voulions vraiment ? Alors oui, 2020 a malmené les fondations du monde, les structures de mon être, les impossibles d’après-demain, et moi, je vous le dis, 2020 m’a donné l’espoir pour demain, 2020 m’a préparée pour 2021. Et maintenant, je suis prête ! Je suis prête à déconstruire 2020 et construire un nouveau 2021 ! Je suis prête pour un ou plusieurs possibles, je suis prête pour le neuf, je suis prête pour la vie !

Et je fais ce vœux solennel de ne rien promettre pour 2021, ni à moi-même, ni à vous – fidèles lecteurs – ni à ceux que j’aime, parce que je ne sais foutrement rien de ce que cette année nous a cuisinés ! Par contre, je nous souhaite inconditionnellement la paix, la liberté et l’amour, car cela il n’y en a jamais trop et 2020 nous en a cruellement privés ! 

Et parce que quand nous ne les regardons pas, les nuages nous racontent des histoires que nous ne connaissons pas pour demain…


  • Vacances Romaines – Jour 10

    1 décembre 2020 par

    Ephéméride Sans Nom. Aujourd’hui, dernier jour. Errances donc. J’observe, me promène au hasard comme Stendhal l’aurait fait au siècle dernier, me laisse traverser par les coïncidences de la vie qui fourmille, ne tente même pas d’en faire une histoire. Je n’ai pas de titre pour la chronique du jour, c’est dire ! moi qui adore… Lire la suite

Voir tous les articles

S’abonner à la Newsletters

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

S’abonner au blog

Recevez les nouveaux articles directement par courriels.

Rejoignez 191 autres abonnés