Manifeste : Créer des échappées (im)mobiles, intérieures, festives et artistiques.

L’écriture est un voyage immobile et intérieur. Le voyage est une écriture muable et infinie. Les deux entités s’entrelacent, indissociables et indéfinissables, au creux de ma légende personnelle. Elles sont protéiformes. Elles sont multilingues. Elles fabriquent ici des échappées.

L’écriture est une fête. Le voyage est un art. Les deux essences se répondent, invisibles et indivisibles, au cœur de mes pérégrinations d’âme. Elles sont intimes. Elles sont secrètes. Elles cultivent en moi des libertés.

Je vais tenter ici de les faire sortir du carcan de toutes ces définitions arbitraires, incomplètes et partiales. L’écriture et le voyage sont cela pour moi. Et aussi tant d’autres choses indicibles.

Car, en réalité, le but ici et maintenant n’est pas de leur donner les contours limitants d’un déterminisme, même inventé et sensible, de dictionnaire. Le but ici et maintenant, c’est que ces deux inspirations se répondent en dehors de moi, même si cela passe par le prisme de mes sensations, pour vous voyager quelque part dans vos imaginations et en dehors de vous. Le but ici et maintenant, c’est que ces deux aspirations cohabitent, autonomes et libertaires, dans cet espace que j’ai organisé pour elles selon un nouveau paradigme.

Celui des Mondes Fugaces qui peuvent être explorés en dedans et en dehors de nous.

Celui des Mondes Fugaces qui peuvent être matériellement immatérialisés au détour d’un panneau au bord d’une route ou d’un point marqué sur un globe de chevet.

Celui des Mondes Fugaces qui peuvent être contenus dans un mot, une image, une sensation, un instant, une quête ou un paysage.


  • La voyageuse au-dessus de la mer de nuage

    12 septembre 2021 par

    A Sélène Après un samedi de canicule à près de 40° C, dimanche était gris. De ce gris souris qui tire vers le blanc et dont on ne saurait dire s’il va colorer l’entière journée ou bien seulement le matin incertain et éphémère. L’air étouffant de la veille s’était allégé, encore emprunt de l’humidité de… Lire la suite

  • Billet d’humeur #2

    10 novembre 2021 par

    NATIONALEMENT APATRIDE Ce soir, alors que je m’apprêtais à sombrer dans certaine lecture américaine, je fus soudain interpelée par le bruit familier des pétards du 14 juillet. Je pensais que, Covid oblige, le ciel de nuit ne s’ornerait pas de tricolore cette année, alors ça m’a un peu prise par surprise. Ni une, ni deux,… Lire la suite

Voir tous les articles

S’abonner au blog

Recevez les nouveaux articles directement par courriels.

Rejoignez 197 autres abonnés