Special Confinement : L’Islande dans son salon

Sommaire

1. Au réveil
2. Petit déjeuner
3. Activités créatives
4. Déjeuner
5. Petit écran
6. Goûter
7. Moment détente
8. Dîner

Parce que je suis convaincue qu’il y a des millions de façon de voyager, que l’on peut continuer à s’évader même dans trente mètres carré, que l’on peut recréer l’Amérique au fin fond de la Creuse ; en cette période exceptionnelle d’enfermement, j’ai eu l’envie, l’idée, de proposer une série « Spécial Confinement » : Le Monde à portée de main. Suivant les pas vagabonds de la voyageuse que j’ai été pendant huit mois, je vais ainsi vous proposer de faire étape en Irlande, en Islande, en Alaska, dans les provinces occidentales du Canada et dans certains Etats unis d’Amérique ; parsemant des avis vestimentaires, des idées culinaires, des conseils littéraires / musicaux / cinéma, et tant d’autres….

Je me lance ainsi cette semaine un petit défi : réussir à vous envoler dans notre deuxième Pays Imaginaire sans pouvoir physiquement vous y randonner. Car vous faire rêver de cette île de glace sans vous en montrer la terre noire, les océans cristallisés, les Fjords verdoyants et les roches multicolores, c’est comme vous faire écouter Beethoven alors que vous êtes sourd ! Son peuple a mis des siècles à s’en rendre compte, pourtant la richesse de sa petite Nation (mais grand pays !) réside dans les paysages fascinants et divers qui la composent et il va nous falloir faire sans. Tant pis, tant mieux ! Allez, venez, on va rêver d’ISLANDE !

Verið velkomin til Íslands !*

1. Se lever du pied droit

Vous vous réveillez pour cette sixième semaine de confinement et – on va pas se le cacher – vous en avez ras le baba ! En plus, c’est le déluge dehors ; toute façon, il va faire moche toute la semaine, merci le mois d’avril et les œufs de Pâques et les lapins en chocolat et les cloches de Rome qu’ont même pas sonné parce que c’est la fin du monde ! Vraiment de quoi vous foutre de mauvais poil jusqu’à la fin de l’année ! Vous avez du bol, il aurait pu faire beau et là, je pense que vous alliez tuer quelqu’un ! Parce que c’est pas la peine de nous mettre un soleil de folie avec 25° à l’ombre si on peut même pas sortir !
Bref, ce confinement, ça commence vraiment à vous peser, vous avez l’impression que ça va jamais en finir, et on est reparti pour un mois !
Aujourd’hui, vous avez vraiment besoin de douceur, vous avez besoin de vous évader dans un univers chaleureux et réconfortant.
Aujourd’hui, on va s’amuser, on va jouer à l’hiver en Islande…

Il faut d’abord sortir du lit et j’ai vraiment pas envie de m’habiller… Très bien, ne nous habillons pas ! Aujourd’hui, soyons aussi décomplexés que les Islandais dans le vestiaire de la piscine municipale et jouons-la nous nudiste !
Non, ça vous dit pas ? Je comprends, se balader à poil toute la journée, c’est pas fait pour tout le monde…! Mais attention, hein, votre deuxième option n’est pas moins loufoque : aujourd’hui, je m’habille en berger islandais du 16ème siècle avec ce que je trouve dans mon armoire ! Voici de quoi vous inspirer…

Source photo : internet

2. Petit déjeuner gourmand

Il n’y a pas véritablement de petit déjeuner typiquement islandais mais je fais appel à mon imagination en vous proposant tout de même une petite sucrerie pour commencer la journée. Historiquement reliée au Danemark, l’Islande a gardé dans ses bagages culinaires quelques recettes danoises, c’est le cas du Kanelbulle, roulés à la cannelle que je vous conseille d’avoir préparé la veille et dont je vous propose d’orner le petit déjeuner qui vous fait le plus envie aujourd’hui : thé, café, chocolat chaud, mimosa, salade de fraise ou compote de poire, soyez fous, faites-vous plaisir !

RECETTE DES KANELBULLE
Pour la pâte : soit vous achetez une pâte feuilletée toute fait ; sinon, voici une recette par ici
Pour la Ganache:
140 grammes de Beurre
80 grammes de Sucre Roux
10 grammes de Cannelle en poudre

PREPARATION
Laisser le Beurre à température ambiante au moins 1 heure.
Mélanger le Beurre, le Sucre Roux, la Cannelle en poudre jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
(préparation de la pâte s’il y a lieu)
Étaler la pâte en un rectangle de 72 cm de longueur par 25 cm de largeur (environ). Déposer la ganache au centre que l’on étale avec une spatule puis, enrouler la pâte dans le sens de la largeur.
Après avoir laisser la pâte durcir au minimum 30 minutes au réfrigérateur, couper des tranches de 2,5 à 3 centimètres d’épaisseur.
Il y a deux solutions : faire lever dans des moules à muffin (8 cm de diamètre), ou sur une plaque (Attention : sur plaque, bien penser à faire passer l’extrémité des roulés (la languette) « sous » le roulé.)
Recouvrir les roulés afin d’éviter qu’ils ne croûtent, avec un torchon humidifié et essoré. Laisser lever dans un endroit tempéré/chaud pendant 1 heure (en été, la température ambiante suffit. En hiver, on peut poser sur une plaque électrique qu’on a fait chauffer 5 secondes (pas plus) toutes les 10 minutes).
Cuire au four préchauffé à 180 °C (Thermostat 6) pendant 19 minutes.
Possibilité d’y ajouter un glaçage après la cuisson : mélanger 60g de Sucre Glace avec 10 g de Lait et 60 g de Chocolat Blanc fondu. Utiliser une poche à douilles ou une cuillère et faire couler le glaçage sur le roulé.
TADAM !

Source : Cuisine D’Aubéry

3. Commencer en douceur (ou pas)

Il m’a d’abord été difficile de trouver comment vous occuper en Islande, mais à force de me creuser l’imagination, de sonder mes rencontres islandaises (merci à Jon et Weronika), je réussis finalement à vous proposer quatre activités plus ou moins typiques.

* Si vous avez de la laine à portée de main – sinon, vous désenfilocher un vieux pull-over qui ne vous plaît plus ! -, vous pouvez essayer de tricoter votre propre pull traditionnel islandais. Comme je suis une vraie quiche en tricot, je vous renvoie vers trois dames qui ont l’air de savoir de quoi elles parlent (en tout cas, beaucoup plus que moi !):

trIScote
La boutique des tricots et des loisirs créatifs
La malle aux mille mailles

* Si vos mains ont des fourmis, et votre imagination aussi, c’est l’heure de vous mettre à la sculpture ! En Islande, le Huldufólk (« le peuple caché », à savoir les elfes et autres Trolls) ne peuplent pas seulement de nombreux contes, il hanterait toujours cette île mystique des glaces (en tout cas, les 2/3 de la population en sont persuadés). D’ailleurs, l’office du tourisme d’Hafnarfjördur (à 10 km au sud de Reykjavík) vend une carte référençant les lieux où vivent les elfes ! Mais revenons à nos moutons, je vous invite à présent à donner corps à ces petites créatures insolites et ces grands monstres grotesques.
Avant toute chose, il vous faut de la matière ! Et comme je doute que tout le monde ait accès à de la terre glaise, je vous propose ci-dessous une recette de pâte à sel pour se replonger à coups sûrs dans nos meilleurs souvenirs d’enfance…

Les étapes de fabrication de la pâte à sel
1. Préparez 2 verres de farine, 1 verre de sel fin et 1 verre d’eau tiède. Respectez bien les proportions en remplissant le verre au même niveau à chaque fois.
2. Versez la farine, le sel et l’eau dans un récipient et mélangez à la cuillère.
3. Une fois les ingrédients bien mélangés, continuez avec les mains !
4. La pâte à sel doit former une boule de pâte bien souple et elle ne doit pas coller aux doigts. Vous pouvez rajouter un peu de farine si elle colle, mais pas trop, votre pâte se craquellerait.
5. Il est de passer à l’étape de modelage !
6. Une fois le modèle terminé, il est temps de le placer au four 1 heure (ou plus) à 100°. L’eau va ainsi s’évaporer et la pâte sécher.
7. Quand l’objet sera refroidi, il sera temps de le peindre.

Source : Hugo l’escargot

Et pour vous accompagner dans votre créativité, il vous faut des rêveries…. Ásgrimur Jonsson est l’un des peintres qui a su magnifier la nature islandaise et ouvrir les Islandais à la richesse de leur île, mais il s’est aussi amusé à illustrer les contes islandais les plus populaires, donnant formes à des créatures rocambolesques. Voici certains de ses portraits les plus connus, accompagnés de quelques dessins de Brian Pilkington :

* Comme l’irlandais, l’islandais est une langue bien difficile à s’approprier et dont les mots contiennent un nombre hallucinant de lettres qu’on ne connaît souvent pas, qui ne se prononcent pas, ou alors pas de la façon que l’on pourrait imaginer. C’est pourquoi cette semaine encore, je vous propose un petit cours d’islandais aux allures de géographie !
RAPPEL des règles du jeu :
– se munir d’une carte de l’Islande la plus précise possible (Google Map étant peut-être la plus adaptée car vous pouvez zoomer et trouver les noms de villes les plus acadabrants !)
– prononcer sans faute les noms islandais (et pouvoir les situer sur la carte) de la liste ci-dessous ! A vos accents ! (réponses à la fin de l’article)

1. Reykjavik
2. þórufoss 
3. Þingvellir
4. Reykjanes
5. Krisuvikurberg
6. Snæfellsnes
7. Búðakirkja
8. Rauðfeldsgjá
9. Djúpalónssandur
10. Brjanslaekur
Point BONUS : Reykjafjardarlaug 

Quelques tuyaux tout de même :
– La lettre « j » omniprésente dans l’écriture islandaise se prononce en fait comme un « y », ou deux « l ».
– Les lettres « þ » et « ð » se prononcent comme le « th » de « thing », sauf si « ð » est entre deux voyelles, entre une voyelle et une consonne sonore, ou en fin de mot, alors c’est comme un « z ».
– La lettre « æ » se prononce « aï »
– La lettre « f » se prononce comme un « v » la plupart du temps, sauf quand elle se prononce pas comme un « f »
– La lettre « k » se prononce « ti » suivi d’une légère aspiration en début de mot, comme la jota espagnole devant un « t »et comme un « k » dans tous les autres cas.
Sinon, petite anecdote en passant, il existe 50 mots islandais rien que pour décrire la neige !

* Le sport islandais le plus à propos serait d’enfourcher votre shetland mais comme je doute fortement que vous vous soyez confiné avec votre cheval nain, je vous propose une alternative rigolote (qui n’a, en fait, rien à voir avec l’équitation !). L’Islande a participé à l’Euro de football pour la première fois en 2016, au cours duquel, les supporters se sont faits remarquer par le Vulcano clap – ou bien Vicking clap -, cette façon d’applaudir les mains au-dessus de la tête sur un rythme lent, puis de plus en plus rapide. Et depuis, le clapping a fait le tour du globe, même si rendons à César ce qui est à César, ce serait apparemment originaire d’Ecosse ! Il est temps de vous y mettre pour la future coupe d’Europe, vous avez de la chance, ça a été reporté d’un an !

4. A table !

Midi vient à sonner, la météo a toujours l’humeur morne, ça sentirait presque l’hiver et vous vous sentez l’envie de vous ressourcer devant un bon repas chaud. Une soupe semblerait même fort à propos. La soupe d’agneau, ou kjötsupa, est un excellent exemple de plat islandais consommé au quotidien et qui se repose sur les produits cultivés sur place. Alors, à vos fourneaux !

KJÖTZUPZ pour 4 personnes
Découper 800 g de viande d’agneau, un gros oignon, un chou blanc et 5 carottes
Mettre tous les ingrédients dans une très grande marmite avec 120 g de haricots blancs, 60 g de flocons d’avoine et une bonne pincée de sel et poivre
Recouvrir d’eau, porter à ébullition et laisser frémir 2 h en écumant au besoin
Ajouter le riz 10 min avant la fin de la cuisson

Source : Islande Explora

5. Diamants sur Canapé

C’est l’heure de la digestion, vous vous sentez vraiment en mode « cosy » sur le canapé et vous vous dites qu’une petite après-midi série TV ne vous ferait pas de mal. Au menu aujourd’hui :

* Trapped : Les Islandais adorent les polars, peut-être parce que les crimes sont si rares sur l’île septentrionale, ça leur fait un peu d’exotisme. Ce n’est pas pour rien que la série qui a fini par s’exporter à l’internationale se base donc sur une enquête policière ! Conseillée par mon amie polonaise qui vit à Reykjavik depuis un an, Weronika, je n’ai pas pu me résoudre à la regarder. En effet, la série est uniquement disponible sur Amazon Prime (sous-titres en anglais uniquement) et j’ai un peu du mal à entretenir cette enseigne mondialiste (en général mais ça me brise encore plus le cœur en plein confinement). Il y a toujours l’option VO sans sous-titre par ici si mes cours en islandais ont porté leurs fruits…. En tout cas, s’il y a un As de l’internet qui peut me dégoter une version sous-titrée (anglais ou français) sans passer par Amazon, je suis preneuse.

* Game of Thrones : Je sais que ma première offre, si elle est de qualité, est un peu hasardeuse en terme de concrétisation en plein confinement. C’est pourquoi, je vous offre une alternative ; même si la série culte (à laquelle je suis restée complètement hermétique, je dois le reconnaître !) n’a rien à voir avec l’histoire de l’Islande, de nombreux décors ont été trouvés dans les paysages grandiloquents de l’île nordique – par exemple, la cascade de þórufoss -, elle peut ainsi devenir le prétexte d’une visite incomplète et superficielle de l’Islande. Même Arte le dit !

* Un documentaire : un autre moyen de voyager en Islande alors que vous êtes confiné, est de se perdre dans les images somptueuses d’un documentaire :

6. C’est l’heure du goûter !

Et je vous propose donc de vous régaler de la délicieuse tarte à la rhubarbe typiquement islandaise, le Hjónabandssæla, que je vous traduis immédiatement: « Gâteau islandais « mariage heureux ». Ca tombe bien, en plus on est en plein dans la saison (de la rhubarbe hein, pas des mariages, même que ce serait plutôt l’inverse vu que toutes les célébrations et grands rassemblements sont interdits jusqu’à la mi juillet…) et étonnamment, cette plante est omniprésente dans les jardins islandais. Les ingrédients de ce gateau traditionnel contiendraient le secret pour réussir un mariage heureux (d’où son nom) ! 

RECETTE DU HJÓNABANDSSAE
170 g de flocons d’avoine
170 g de farine de petite épeautre
100 g de sucre roux
200 g de beurre à température ambiante coupé en dés
1 gros œuf fermier
1 c. à c. d’extrait de vanille naturel
370 g de confiture de rhubarbe maison ou du commerce

PREPARATION
Préchauffez votre four à 200°C (th.6-7). Beurrez un moule à tarte ou à manqué, farinez.
Dans un bol, mélangez la farine, les flocons d’avoine et le sucre. Ajoutez les dés de beurre et frottez avec les mains jusqu’à obtention d’un mélange rappelant un peu la texture du sable.
Ajoutez l’œuf et la vanille. Mélangez bien.
Étalez 2/3 de la pâte dans le fond du moule. Recouvrez de confiture de rhubarbe. Avec le restant de la pâte roulez des lamelles et disposez-les en croisillons sur le gâteau.
Faites cuire jusqu’à ce que la pâte soit dorée. Le temps de cuisson varie autour des 35 minutes selon le four.

Source : Je cuisine donc je suis

7. Ah, c’qu’on est bien quand on est dans son bain !

Les bains chauds font partie intégrante de la culture islandaise ! Quasiment chaque village en est pourvu – le plus souvent alimenté par de l’eau naturellement chaude – et même parfois chaque maison ! Elle sont en effet est équipées d’un hot pot dont la traduction littérale est heitur pottur (pot chaud), un petit bassin dans lequel on s’assoit ou s’allonge et dont la température oscille entre 38 et 45 °C (façon jacuzzi, quoi !). Bien-sûr les plus merveilleux sont naturels et disséminés dans des recoins plus ou moins secrets, alors qu’aujourd’hui, il faudra vous contenter de votre baignoire (pour ceux qui en ont une ! )…

Faites-vous couler un bon bain chaud, que vous pouvez parfumer aux huiles essentiels de votre choix – si vous aimez la lavande, c’est une bonne option : vertus apaisantes et purifiantes – ou bien à votre bain moussant préféré. Vous pouvez aussi allumer quelques bougies, faire brûler un encens (sauge idéale si vous voulez continuer dans l’énergie purifiante) et pousser le vice jusqu’à vous mettre une petit fond sonore type bruits de la nature… Si vous avez l’impression que c’est un peu trop girly pour vous, faites comme Chandler et prenez votre bateau de guerre : c’est maintenant un vrai bain de garçon ! **
Comme j’ai bien conscience que tout le monde ne dispose pas d’une baignoire chez soi, je propose l’alternative bain de pieds dont vous trouverez des astuces en fonction de vos besoins par ici.

Lac de Kleifarvtn

Je vous propose par ailleurs d’agrémenter ce petit moment de détente d’un peu de lecture si vous le souhaitez. Les Islandais sont de gros lecteurs mais aussi des écrivains prolixes : 1 Islandais sur 10 a déjà publié un livre ! Je n’ai pas encore eu l’occasion de me plonger dans mes lectures islandaises mais voici ce que je vous conseille toute ignorante que je suis :

* La femme en vert ou L’homme du lac, Arnaldur Indridason : Les deux romans les plus connus de l’un des plus grands écrivains de romans noirs d’Europe du Nord dont le héros est un personnage solitaire hanté par les disparitions. Les quelques extraits lus dans ce reportage sont imprégnés d’une poésie délicate qui m’ont donné envie d’en lire plus, qui m’ont fugacement voyagée en Islande à nouveau, notamment lorsqu’il y est question du  lac de Kleifarvtn, décor de L’homme du lac, où mes errements m’ont portée l’été dernier. Par ailleurs, je me retrouve un peu dans Arnaldur puisque lui aussi se plaît à mélanger l’Histoire avec un grand H à ces récits islandais.

* Sagas légendaires islandaises, trad. Régis Boyer : Confrontés le plus souvent à une funeste destinée, les héros de ces récits hauts en couleur affrontent trolls, sorciers, guerriers-fauves et autres monstres des franges du réel… De quoi trouver un décor aux petits monstres qui ont occupé votre matinée. (Aussi disponible sur YouTube en Audio livres)

* Je me permets, pour compléter cette liste, de vous renvoyer vers une collègue bloggeuse qui liste cinq livres islandais à découvrir pour voyager sur l’île des glaces. Je dois avouer qu’elle sait nous mettre en haleine pour en vouloir plus !

5 livres pour voyager… En Islande, par Far Far Away

8. Soirée douceur

Après ce moment de détente infinie, vous avez envie de continuer à vous la couler douce et de passer une soirée bien au chaud, tranquille, sans trop avoir besoin de vous extraire de votre bled douillet. Ce sera donc un petit apéro dînatoire à base de saumon (islandais cette fois-ci) et blinis (à faire soi-même ou réchauffer)… Pour le reste des victuailles, je vous laisse improviser.
Le tout devant un film islandais qui nous parle de résistance écologique : Une femme en guerre de Benedikt Erlingsson, chaudement recommandé par mon ami Jon.

Góða nótt…***

* « Bienvenue en Islande ! » en islandais
** Référence à l’épisode de Friends : Celui qui découvrait les joies du bain
*** « Bonne nuit » en islandais

RÉPONSES AU JEU DE PRONONCIATION

Read More

1. Reykjavik, qui veut dire « baie de fumée », se prononce « Rékiavik« 
2. þórufoss, se prononce « Thorufoss« 
3. Þingvellir, qui veut dire « plaine du parlement », se prononce « thinkvètlir« 
4. Reykjanes, qui veut dire « la péninsule du cap des fumées », se prononce « Rékianès« 
5. Krýsuvíkurberg, comme ça s’écrit !
6. Snæfellsnes, qui veut dire « la péninsule de Snæfell (montagne de neige/glacier) », se prononce « Smaifelsnes »
7. Búðakirkja, se prononce « Bouzakirk(i)a »
8. Rauðfeldsgjá, se prononce « Rei(th)felkao« 
9. Djúpalónssandur, se prononce « Dyupalonsandur« 
10. Brjanslaekur, se pronconce « Bryanslaïkurrr »
Point BONUS : Reykjafjardarlaug, « RékiafiardarleiR »
Si vous n’êtes pas sûr de me comprendre, je vous invite à vous rendre sur le site suivant

Si vous souhaitez continuer à vagabonder l’île du feu sous la glace, lisez mes carnets de voyage islandais

Au Nord du Monde


2 réflexions sur “Special Confinement : L’Islande dans son salon

  1. Hello ! C’est un très bel article qui fait effectivement voyager ! Tu as eu une très bonne idée de proposer des articles qui retracent un peu tes différents voyages. C’est très complet et on en apprends beaucoup. J’espère pouvoir visiter l’Islande après toutes ces histoires de confinement et de virus … Mon compagnon a fait le tour de ce pays il y a quelques années et je rêve de pouvoir refaire ça avec lui. Passe une belle journée 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce gentil commentaire. Je suis heureuse que tu aies pu voyager.
      Pour ma part, j’ai beaucoup aimé ton article d’activités de confinement. 🙂
      J’espère que tu auras l’occasion de te rendre en Islande. C’est un très beau pays. Je te conseille néanmoins d’éviter la haute saison (juillet-août) car tout le monde aura eu la même idée que toi et ça perd un peu de la splendeur isolée de l’île.
      Beau confinement à toi

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s