How are you doing?

Si un jour dans votre vie, vous êtes amené à parler avec un Irlandais (ou une Irlandaise entre nous), soit parce qu’il s’est perdu en voulant rejoindre les Amériques, soit parce que comme moi, l’Irlande vous a appelé à travers les pluies et les vents, il y a deux-trois choses qu’il est bon de savoir…

D’abord, et attention accrochez-vous bien à vos chaises parce que ça risque de changer à tout jamais votre regard sur le monde : IL A UN ACCENT ! Pas aussi incompréhensible que si vous (tentez) d’avoir une conversation avec un Écossais je vous l’accorde, mais ça vaut quand même son pesant de pommes de terre. Vraiment, j’insiste ! Parce que même les gens dont l’anglais est la langue maternelle, même ceux qui ont très probablement de très anciennes origines irlandaises (qu’on se le dise, tous les Américains ont au moins 1/10 de sang irlandais), ben, la plupart du temps, ils les comprennent pas non plus ! Parfois, on n’est même pas sûr que c’est en anglais qu’ils nous parlent… Mais le plus incroyable dans cette histoire, c’est que, de leur côté, eux nous comprennent parfaitement bien !
Je peux vous donner deux-trois tuyaux du genre, leur « u » a souvent des allures de « o », (but = bôt, fuck = fôck) et ils ont quelques difficultés avec le « th » qu’on nous a bien seriné à l’école, eux, ils s’embêtent pas, ils le prononcent comme un « t » normal ! Mais à part ça, je ne peux pas véritablement vous donner une leçon accélérée pour les nuls en Anglo-irlandais, parce qu’en fait, il n’y a pas UN accent – ce serait pas drôle sinon -, il y en a toute une myriade… Et personne n’arrive à s’accorder sur lequel est le plus dur à décrypter. On dit qu’au Sud c’est l’enfer, mais croyez moi le Nord a bien du mal à se faire comprendre aussi et si vous allez à l’Ouest, plus rural et où subsistent encore des poches dont la première langue est le Gaélique, il va falloir vous accrocher ! Ca nous laisse donc l’Est… ah non, j’oubliais, à l’Est, il y a Dublin ! Conclusion : débrouillez-vous et que la force soit avec vous !

Parce que « tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur en vain » et que « tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect », les Irlandais ont leur propre façon de jurer. En lieu et place de l’habituel « For God sake », soyez donc préparé à entendre sonner le doux « For fôck sake » irlandais…

Ensuite, sachez que si vous croisez un Irlandais dans la rue ou à la campagne, au supermarché, en randonnée, au pub, il vous dira toujours : « How are you doing ? », ce qui signifie, pour ceux pour qui l’anglais est vraiment du chinois, « Comment ça va? ». Attention, c’est un piège !!! L’Irlandais ne vous demande pas vraiment votre état de santé ou de pensée, alors pas la peine de vous lancer dans un long dithyrambe sur votre sœur, votre mère, votre mec, votre meuf, votre boss, votre chat, qui vous a pris la tête au réveil ; l’Irlandais qui prend de vos nouvelles vous dit en fait juste « bonjour ». C’est un peu l’équivalent de notre « salut, ça va ? – ça va et toi ? » quand on croise quelqu’un qu’on connaît dans la rue (on se trouverait d’ailleurs bien embêté si la personne nous donnait son véritable état d’esprit), sauf que là, c’est un parfait inconnu et que vous ne devez surtout pas lui retourner la politesse. Je m’explique, vous pouvez lui répondre « hey, how are you doing? » mais en aucun cas : « I’m fine and you? » (ce qui, en bonne Française, fut – et est toujours – mon premier réflexe, mais au regard surpris de mes interlocuteurs, j’ai bien compris que j’étais à côté de la plaque…).
Règle n°1 : « How are you doing » = « Bonjour », et pas « raconte-moi tout ce qui te passe par le cœur mon charmant petit voyageur »…

De plus, une fois que vous serez un peu acclimaté, que vous aurez parlé avec votre premier Irlandais – donc approximativement cinq minutes après être descendu du bus qui vous a récupéré à l’aéroport parce que vous aviez l’air tellement perdu dans cette ville irlandaise qu’une bonne âme vous a montré le chemin vers votre maison du moment, située de l’autre côté de la ville et pas du tout sur sa route ; ou, si vous avez quitté l’aéroport en voiture de location, approximativement deux minutes après être entré au pub et avoir commandé votre première pinte ; une fois que vous serez un peu acclimaté donc -, l’Irlandais risque de vous glissez dans la conversation « What’s the craic? ». Là, tout de suite, à l’écrit, vous voyez pas le quiproquo, mais à l’oral, craic se dit « crac »… Donc la première fois qu’on m’a parlé de craic, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait de drogue, et pas la douce hein, la dure qu’on vous fait rentrer directement par les yeux ou par intraveineuse… Bref, sur le coup, j’ai pas su quoi dire, j’ai ri un peu jaune et je suis poliment passée à autre chose, un peu décontenancée tout de même. Puis j’ai oublié… Ce n’est que quelques jours plus tard que j’ai eu le fin mot de l’histoire : craic,c’est de l’argot irlandais qui veut dire « fun » en gaélique ; « What’s the craic? », « Let’s have some craic », etc… et quand on vous dit « What’s the craic? », c’est une autre façon de vous demander comment vous allez (cette fois-ci, vous pouvez y répondre mais pas la peine de descendre dans les profondeur marine non plus, on n’attend pas de vous un exposé sur votre vie).
Règle n°2 : « What’s the craic? » = « Comment ça va? », « Quoi de neuf? », et pas « viens, on va sniffer de la colle et fumer de l’héroïne dans les chiottes ! »

GOODNESS GRACIOUS ME ! J’ai (presque) oublié de vous prévenir : il est parfois un peu compliqué de savoir quelle heure il est (ou, exemple au hasard, comprendre à quelle heure est vraiment ton bateau !). On nous a bien appris à l’école que, s’il était deux heures MOINS le quart, on disait « quarter TO two » ; et que s’il était deux heures ET quart, on disait « quarter PAST two ». Ben, pour l’Irlandais, dans les deux cas, il est « quarter to two ». Donc si comme moi, vous avez un bateau à prendre, soyez là à deux heures MOINS le quart… avec un peu de chance, vous aurez bon et sinon, patientez en buvant un thé ou une bière !

Et avant de vous quitter, il me faut ajouter une dernière spécificité nord-irlandaise. Si vous vous faites amis-amis avec quelques Nord-Irlandais, viendra toujours où vos copains vont vous inviter pour le thé « Would you care to have tea with me? », on dirait pas comme ça, mais en fait, la boisson la plus consommée par les Irlandais est le thé, pas la bière! Bref, on vous a donc invité pour le thé. Vous allez d’abord trouver bizarre que le rendez-vous pour le thé en question soit à 19h, mais vous vous direz juste, ils sont bizarre ces Irlandais, ils prennent le thé vraiment très tard mais passons ! De fait, vous prendrez votre diner très tôt, autour de 18h, et vous irez prendre le fameux thé. Là, vous allez trouver carrément louche que votre Irish buddy ait réservé une table, puis vous allez comprendre que vous vous êtes vraiment trompé sur toute la ligne quand vous rentrerez dans un restaurant !
– Euh, juste pour être sûre que j’ai vraiment pas compris, on va manger là, c’est ça ?
– Ben oui, c’est que je t’ai dit !
– Euh non… on a parlé de prendre le thé, donc en fait, j’ai déjà mangé…
– Ouais, enfin après 17h, tout le monde sait que « having tea », ça veut dire manger le diner… Si j’avais voulu parler de thé, je t’aurais proposer qu’on aille boire « a CUP OF tea »…
– Ooooooh….
Au final, j’ai passé la soirée à le regarder manger et boire de la bière et pas une seule goutte de thé, c’était quand même un chouette moment ! Et ça me fait une histoire à raconter.
Règle n°3: “Let’s have some tea!” (après 17h) = “viens on va manger!”, et pas “viens, on va se bourrer la gueule avec du thé ! ”
Règle n°4: “Would you like a cup of tea?” veut vraiment dire “est-ce que tu voudrais une tasse de thé” en toute occasion, et pas « viens, on va au resto ! « . Piégeux, isn’t it?

Si vous demandez votre chemin à un Irlandais, il va toujours vous répondre d’un air désolé : « oh love, you shouldn’t have started here »… Oui, enfin, maintenant que je suis là, je veux bien un coup de main quand même ! Trente minutes plus tard, vous saurez tout de Murphy qui vit à l’angle et du temps qu’il fait, toujours avec l’accent, mais vous ne serez pas plus avancé sur comment vous dirigez…

Toute blague mise à part, les Irlandais sont des gens absolument adorables, si je suis un jour tombée amoureuse de cette île, ce n’est pas seulement pour son climat (je ne plaisante pas), ni pour ses paysages époustouflants, mais bel et bien parce qu’il y a quelque chose de profondément généreux dans l’âme irlandaise. Et si je devez citer un nouvel exemple dont je ne parle pas dans mes récits de voyage (publication à venir), c’est celui-là, il est d’une simplicité rare mais il démontre naïvement mon propos : si un Anglais vous convie à prendre le thé (pas le diner, du thé!), vous aurez le droit à votre tasse de thé, dans de la porcelaine et le petit doigt levé s’il vous plaît, et c’est tout ; si c’est un Irlandais qui vous invite (toujours pour le thé, pas pour le diner), on vous servira une tasse de thé, et des petits sandwichs, et des biscuits, et des fruits, et une soupe, et un fish and chips, et une tranche de saumon fraîchement péché. L’Irlandais vous montre qu’il vous apprécie en vous donnant à manger, alors si vous partez de chez lui avec l’élastique du pantalon qui craque, estimez-vous heureux, vous êtes aimez.

Je n’ai jamais su véritablement m’expliquer cette spécificité… J’ai d’abord pensé que c’était parce qu’ils avaient une si grande île pour si peu de gens, ou parce que leur histoire était tellement lourde et malheureuse, qu’il était temps pour eux de déborder de bonheur… Puis, il y a quelques semaines, j’ai lu ce qui m’est apparu être LA réponse, ou en tout cas la mienne : au Moyen-Âge, la société irlandaise s’épanouissait sur le fondement des lois de Brehon, dont l’une des règles fondamentales était l’hospitalité ; dans le royaume d’alors, la transgression des lois de l’hospitalité envers les étrangers était considérée comme se répercutant sur tout le peuple irlandais, depuis le Haut Roi jusqu’au plus misérable vagabond…. Il est des choses comme ça, invisibles et immuables, qui sont ancrées dans nos cultures et définissent aujourd’hui encore les contours d’un peuple.

La générosité légendaire et véridique des Irlandais en est une.


2 réflexions sur “How are you doing?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s