Digression Savoyarde

J’ai quitté mes Cathares d’adoption pour trois jours et trois nuits afin de prendre un peu d’air frais d’altitude et rendre visite à ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée ! Les Triplettes de Belleville manquaient d’une troisième roue à leur tandem mais que la montagne était belle !
Je me suis pris un concentré de Savoie en deux temps – trois mouvements, j’ai musclé mes mollets dans la montée, fait travailler les amortisseurs de mes jambes sur la descente et huilé le coude au bord de quelques bières… En conclusion, une joyeuse escapade bien réussie dont je vous partage les moments phares si votre humeur estivale vous transporte à la montagne.

Une soirée au bord du Lac du Bourget

Le Lac du Bourget depuis le belvédère du Revard

Considéré comme le plus grand lac naturel d’origine glaciaire de France, Le Bourget a inspiré bien des poètes. Lamartine pour n’en citer qu’un ! Et pour ce deuxième séjour à Chambéry, j’ai eu l’immense chance de découvrir le bleu turquoise qui colore les flots estivaux d’une couleur absolument hypnotique.
Derrière ce phénomène, il y a en fait une explication parfaitement scientifique et naturelle… Avec la chaleur des beaux jours, du plancton microscopique se développe et prolifère, tandis que le carbonate de calcium présent dans l’eau précipite en calcite. Les petits grains de calcite viennent se fixer sur le plancton et diffusent la lumière quand elle arrive dans les eaux du lac. Associée à sa couleur naturelle (bleu), le Bourget prend alors une magnifique couleur turquoise.
Pour ma première soirée en terre alpine, je n’avais pas suffisamment de hauteur pour distinguer les nuances de bleus mais nous avons bien savouré la fraîcheur du lac pour accompagner notre bière.

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s’asseoir !

Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos,
Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
Laissa tomber ces mots :

« Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Extraits du poème Le Lac, Lamartine

Le « bon plan » du lac : Il y a bien-sûr plein de restaurants de bord de plage au Bourget-du-Lac, type La Frégate ou Le Restaurant du Port. On pourrait se laisser tenter par une terrasse tant la vue est belle, mais on sait tous comment ça marche, on paie plus la grandiloquence du panorama que le plaisir du mets. Alors, moi j’dirais de faire comme nous : apporter sa bière et acheter une pizza au sympathique food-truck de l’angle, vous aurait tout pour pas cher et bon 😉

Une randonnée d’altitude

Dans la Vanoise

Pour ce premier jour d’exploration, ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée voulait me donner de l’altitude par une « petite randonnée facile » où j’allais rencontrer plein de marmottes… Ne jamais croire un natif de la Savoie quand il vous parle d’une « petite randonnée facile » parce que vous n’aurez définitivement pas la même définition que lui ! Dimanche, je me suis en effet rendue compte que, si j’aimais beaucoup marcher et faire de la randonnée (bien que monter en haut ou descendre en bas ne soit pas ma tasse de thé) et malgré les kilomètres éprouvés au cours de mes nombreux périples, je manquais encore cruellement d’entraînement !

Mais passons sur la dialectique…

Nous avons donc quitté Chambéry par une chaude matinée d’été direction Champagny-en-Vanoise, The place to go en Savoie paraît-il… Pour vous situer, c’est juste à côté de Courchevelle, devenu le refuge des Russes blindés d’or en barre qui viennent plutôt boire du Dom Pérignon que prendre le tire-fesse, m’a raconté ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée.
Et bercée par ses anecdotes de connaisseuse, je me suis laissée transporter par les paysages qui m’ont encore une fois voyagée ailleurs qu’en France. Découvrant mon pays après avoir exploré l’Ailleurs, je ne peux empêcher les allers et retours imaginatifs. Et alors que la route déambulait, je creusais les Rocheuses Canadiennes qui avait fondu leurs neiges éternelles, je sublimais les sommets pierreux et cousins éloignés. L’église de Champagny a alors transpercé mon rêve et j’étais devant le cliché parfait de la Savoie : un petit clocher niché au cœur des montagnes, bordé de rues grimpantes vers le village. Quelle émotion, ma foi !

Puis, de nouveau, arrivée au parking de notre randonnée, je me suis échappée vers d’autres contrées, ça ressemblait tant à un mélange atypique de l’Islande et de l’Ecosse…! Mes pieds eux pourtant, étaient bel et bien au présent de la magnifique montée au sifflement endormis de quelques marmottes, et mon âme a repris sa place dans l’ici et le maintenant pour découvrir la Savoie et faire connaissance avec les petits mammifères paresseux.

Les « bons plans » de la Vanoise :
* Faire la « petite randonnée facile » du Refuge de Laisonnay au Refuge de la Glière, vous pouvez pousser plus avant après le refuge pour véritablement contempler le Lac de la Glière (nom donné à la consistance particulière d’un sol après la fonte d’un glacier) au pied de la Grande Casse.
* Vous arrêter au-dit refuge pour un thé (et un petite tarte à la myrtille si vraiment, comme moi, vous ne pouvez y résister, mais sachez quand même, et je m’excuse par avance de casser le rêve savoyard, que malgré l’appellation « fait maison », ce sont – comme souvent dans la région – des myrtilles congelées de chez Picard qui agrémenteront votre pâte sablée faite maison).
* Camper au Canada : le terrain a vraiment une belle allure naturelle et forestière, ça sent bon le pin et au milieu coule une rivière… Petite anecdote en passant : le surnom canadien n’a rien d’une blague puisque l’hiver de la vallée est réputé pour être glacé et très peu ensoleillé. Encaissé entre deux haute montagne, on pourrait presque se croire dans le Nord du Monde.
* Manger une fondue à Champagny-en-Vanoise ! Je sais que, dit comme ça, alors qu’il fait 40° à l’ombre et que je suis moi même en train de me changer en flaque devant mon ordinateur, ça fait un peu désordre une fondue. Mais je peux vous assurer qu’à la fin d’une belle randonnée, quand l’air de la montagne se fait plus frais avec la nuit, c’est plus que bienvenu ! Et pour se faire, je vous invite à vous rendre chez Toni au Grand Bouquetin.
* Par contre, évitez à tout prix de boire un verre sur l’une des terrasses de la place principale, sauf si vous avez dix euros à perdre pour une bière !

Le lac de la Glière

Une randonnée panoramique

Le sentier des crêtes

Vraiment, ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée m’a gâtée, elle voulait me donner du 100% Savoie, la crème de la crème, un échantillon varié de sa région et ma deuxième journée de randonnée l’a un peu mieux prouvé !

Ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée m’avait en effet concocté un panorama de rêve entre lac et montagne qui m’a offert ma première vue émerveillée sur le Mont Blanc ! Nous sommes partis du belvédère du Revard et nous avons suivi, éblouies, le Sentier des Crêtes qui se fait parfois poète en été…

Le Blanc éternel du Mont

Puis, nous sommes descendues dans la verte vallée au chant immuable mais si doux des vaches laitières. Leur cloche résonnait de l’aval vers l’amont alors que la gentiane séchait en plein soleil. Ainsi, ça n’est pas un mythe que Milka nous a fabriqués pour mieux vendre son chocolat, ça bruit entre les chalets, les neve disparues et les fermes fromagères, et c’est grandiosement simpliste.

Et le soleil couchant a finalement accueilli nos corps fatigués de la randonnée dans les eaux turquoise du lac du Bourget…

Aubes Nouvelles

Ne perdez pas l’espoir de temps meilleurs à vivre,
Aujourd’hui vous apporte mille et un tourments.
Demain délaissera ces tristes ornements
Mettant dans votre cœur la force de poursuivre

De vos ennuis présents chaque heure vous délivre
Aucun de vous ne doit, malgré ces arguments,
Abandonner la lutte au pire des moments
Toute douleur s’endort quand le chagrin l’enivre

Au creux de mes souhaits se glisse le soleil,
Il est porteur de joie en son éclat vermeil,
A grands pas il revient de sa trop longue errance

De vos matins heureux, je suis le moissonneur,
Endormez-vous le soir lovés dans l’espérance,
Vous reverrez bientôt les aubes de bonheur !

Michel dont je n’ai pas retenu le nom de famille

Le « bon plan » du Revard : La véritable randonnée dure environ 3h30-4h et vous fait découvrir à mon sens un véritable concentré de l’image d’Epinal de la Savoie. Oui mais, la dernière partie de la marche ne vaut pas véritablement le détour et, selon ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée, d’autres sentiers peuvent apporter ce même concentré avec une plus grande régularité de paysages, donc notre conseil à toutes les deux serait de réduire la durée de votre ballade en vous arrêtant à l’étape numéro 3 : La Tour des Ébats d’où vous pourrait prendre le sentier à rebours afin de contempler le même panorama incroyable, mais à rebours cette fois-ci.

Un petit rab d’idées

Mes aventures s’arrêtent ici pour mon second séjour à Chambéry ma j’atais déjà v’nu et je vous saupoudre donc de quelques conseils supplémentaires !

* Faire le traditionnel marché de Chambéry un samedi matin sur la Place de Genève et se déposer auprès d’un café et/ou d’un verre de vin blanc non loin de la fameuse Fontaine des quatre-sans-cul (et non pas les quatre-cent culs !) dont il me faut vous raconter l’histoire très cocasse et déformée avec le temps ! De mémoire d’hommes, tout le monde vous dira que cette fontaine composée de quatre éléphants sans culs fait référence à la traversé légendaire des Alpes par Hannibal à dos d’éléphant pendant les Guerres Puniques… Sauf que lorsque j’ai cherché sur la toile pour en savoir plus, on m’explique que la fontaine a été édifiée à la mémoire du Général de Boigne, un obscur (en tout cas pour moi) colon des Indes. Vous vous en douterez, je préfère nettement la version d’Hannibal qui suscite, aujourd’hui encore, de nombreuses controverses ! On tente de définir quel col il aurait traverser, vérifiant si c’est possible d’y faire passer un éléphant avec une multitude d’instruments modernes ; on inaugure des parcours de randonnée et on organise des Raid Hannibal tous les ans, course sportive de Lyon à Turin. Un véritable mystère de curiosité…

* Manger une délicieuse fondue au Sporting au bord d’un verre de Saint Chignin -Bergeron, l’un des meilleurs vins blancs de la région.
* Cueillir des raiponces (si vous y allez en mai) sur le Circuit des crêtes de Vérel-Pragondran qui vous offre une première vue timide (mais pas moins majestueuse) sur le Lac du Bourget. Après votre promenade, vous pourrez prendre un cours sur les plantes avec ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée si vous la rencontrez, elle vous fera une bonne poêlée de raiponces au beurre et vous expliquera le pouvoir magique de la feuille de plantain qui guérit les piqûres de guêpes.
* Acheter un beau morceau de Beaufort de printemps et des crozets au sarrasin pour vous préparez une délicieuse Croziflette à votre retour dans vos pénates :

100 g de Beaufort
200 g de Crozets
2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse
1 cube de Bouillon de poule

Pour en savoir plus sur la préparation, c’est par ici

Cette fois-ci, je pense que je vous ai tout dit ! En tout cas de ce que je sais pour l’instant… Je vous laisse partir à la découverte d’un petit morceau des Alpes si vous le souhaitez , je remercie ma guérisseuse gouailleuse et savoyarde préférée de l’incroyable séjour qu’elle m’a concocté et j’ai une pensée joyeuse pour la place manquante du tandem des Triplettes de Belleville qui n’aura plus que le choix d’être rempli pour mon troisième séjour à Chambéry !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s