Ode aux étoiles

Cette nuit-là

La Terre avait pris sa forme définitive et muable, le Ciel l’enveloppait de ses tourments amoureux et de ses bises de printemps, les Océans formaient les contours des Uns et des Autres traçant les ponts de l’Une à l’Autre. Et au-dessus de ce nouveau Cosmos organisé, brillait un autre Univers impalpable. Miroir de la Matière, les centaines de milliers d’étoiles luisaient inatteignables et incompréhensibles dans l’invisible des Mondes Stellaires.

Lucioles mystérieuses, elles rythmaient les jours et les saisons. Lucioles mystérieuses, elles glissaient dans les cieux. Lucioles mystérieuses, elles distillaient les messages que nul ne pouvait entendre. Insondables. Impénétrables. Elles contenaient les milles interrogations liées à l’Origine, aux parts de nous-mêmes qui ont été égarées et à tous les chemins qui font l’Homme.

Mais Lucioles mystérieuses et insondables, elles gardaient précieusement les secrets du Monde.

Cette nuit-là pourtant

Un Être parmi tant d’autres vint au Monde, fille de la mémoire et du tonnerre, Mère des Etoiles, seule capable de toucher l’inspiration des Astres.

Les constellations murmuraient son nom depuis la nuit des temps. Les savants chantaient ses allégories depuis le temps des nuits. Muse Céleste, ordonneuse des Etoiles, Ourania tissa le fil de sa destinée sur l’essence de l’Amour Eternel.

« O, Muse des Etoiles
Descend de ton Mont Olympe

Ou bien autorise-nous
A nous hisser jusqu’à toi
Jusqu’au sommet impalpable du Ciel

O, Muse des Etoiles
Révèle-nous les mystères de l’Incarnation
Raconte-nous
Les confidences astrales


O, Muse des Etoiles
Inspire nos poésies

Que nous puissions lire les secrets de la voix lactée
Que nous puissions écrire les chansons de l’Univers


O, Muse des Etoiles
Eclaire nos mystères
Lumine nos pensées
Allume nos cœurs

Pour qu’alors on éclaire lumine et allume
l’Invisible en l’Humain »

Chantaient les poètes. Promettant monts et merveilles à leur égérie.

Ils invoquaient la messagère des Astres dans l’espoir secret d’eux aussi pouvoir un soir toucher les Etoiles. Ils méditaient, le cœur levé vers le Ciel, dans la volonté tenace de révéler le mystère de l’Univers.

Et parfois, la fille de la mémoire et du tonnerre.
Et parfois la mère des Etoiles.
Répondait à leurs vœux enflammés, révélant les routes secrètes des constellations nocturnes, les artères invisibles des Mondes Stellaires.

Miroir Impalpable de la Matière.

Justine T.Annezo – 24 février 2022 – GTM+1


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s